Ce site internet porte le label AnySurfer, une marque de qualité belge pour les sites accessibles. Vous trouverez plus d'information sur www.anysurfer.be.

couple d'amoureux couple se disputant violemment

Cap sur le dico

« Un couple n'est pas l'autre, mais dès que la violence intervient, tu n'as pas le droit... Qui tu es pour frapper un autre être humain? » (Ismaël)

Les relations amoureuses, toujours au beau fixe?

 

Des hauts et des bas

Même si on est amoureux et qu’en plus on s’aime, on ne peut pas toujours être d’accord sur tout. On est différents, avec ses propres valeurs, sa manière de s’exprimer; on a ses modes de fonctionnement. Certains de ces décalages conduisent parfois au conflit. Et oui, un peu d’électricité dans l’air, des reproches, ça sent la dispute. C’est normal de s’engueuler de temps en temps. C’est aussi à travers le conflit que tu découvres l’autre et que tu te découvres toi-même… (voir « Amitié. Amitié et coups durs », p…). Si tu tiens à l’autre, tu parviendras à gérer les bons et les mauvais moments de ta relation.

 

C’est parce que je t’aime que je suis méchant/e avec toi…

Une scène de ménage reste normale tant que la violence ne vient pas se glisser dans la relation. La vigilance s’impose car, parfois, cette violence prend des formes tellement subtiles qu’on la confond avec des bons sentiments. En 2007, le Centre pour l’égalité des Chances a réalisé auprès des jeunes de 12 à 21 ans une étude sur la violence dans les relations amoureuses. Sais-tu combien de jeunes ont dit avoir déjà été victimes d’actes violents dans leurs relations amoureuses? 9 jeunes sur 10! Cette violence était principalement d’ordre verbal ou psychologique.

Ensuite, le Centre pour l’Égalité des Chances a mis sur pied une campagne de sensibilisation à cette problématique: « Aime sans violence ». Une brochure d’info sur le sujet, un cd et un site Internet ont été mis au point pour conscientiser les jeunes sur cette problématique.

Dans ces supports, quatre types de violence sont citées:

  • La violence psychologique: quand un garçon ou une fille enlève la confiance en soi de sa copine ou de son copain et essaie de limiter son autonomie;
  • La violence verbale: quand un garçon ou une fille se sert des mots pour humilier l’autre ou pour créer chez l’autre un sentiment d’insécurité et de peur;
  • La violence physique: quand un garçon ou une fille utilise la force physique pour affirmer son pouvoir sur sa copine ou son copain;
  • La violence sexuelle: quand un garçon ou une fille impose à sa copine ou son copain des gestes sexuels non désirés ou l’oblige à des pratiques non désirées. Cette violence sexuelle se déroule souvent dans un contexte d’intimidation, de manipulation, de chantage, de menace ou d’utilisation de la force. »

« Aime sans la violence », Aimer, c’est respecter l’autre, une campagne de la Communauté française

Lors de cette étude, parmi les formes de violence citées ci-dessous, devine quelles sont les quatre le plus souvent évoquées par ces jeunes, en tant que victimes.

  • a. ne pas tenir compte de ses opinions devant les autres
  • b. ne pas tenir compte de ses opinions dans l’intimité
  • c. exiger de savoir avec qui et où on est
  • d. empêcher de rencontrer des membres de sa famille ou de parler avec eux
  • e. surveiller les conversations téléphoniques, lire les SMS
  • f. critiquer, dévaloriser
  • g. critiquer l’apparence dans l’intimité
  • h. critiquer l’apparence en public
  • i. imposer des façons de s’habiller, de se comporter
  • j. insulter
  • k. empêcher de parler à d’autres garçons ou filles
  • l. pousser, gifler, frapper, bousculer
  • m. casser des affaires personnelles, déchirer des vêtements
  • n. cesser de parler, refuser totalement de discuter
  • o. menacer avec un objet

Bonnes réponses (à imprimer à l’envers)

  1.  71 % des jeunes interrogés: c
  2.  55 % des jeunes interrogés: n
  3.  54 % des jeunes interrogés: k
  4.  53 % des jeunes interrogés: f

 

Stop ou encore?

Au top des relations malsaines, tu l’auras compris, on retrouve celles dans lesquelles se sont glissées les violences verbale, psychologique, physique ou sexuelle. À celles-là, par respect pour toi-même, tu dois y mettre fin, sous peine de souffrir énormément et d’être malheureux/se.

Pour les autres cas, à toi de voir comment tu te sens dans la relation, si tu es sur la même longueur d’onde que l’autre, si cette relation te fait du bien, si elle est facile à vivre ou non.

Stop: rompre

On met rarement fin à une relation en sautant de joie, même si la rupture, quand tu la souhaites, peut te soulager et te libérer. Une règle d’or: fais-le avec respect. Essaie de trouver les mots justes, le moment adéquat et le bon moyen pour l’annoncer à l’autre. Quitter son copain/sa copine par SMS par exemple, c’est lourdingue! À éviter donc. Et si tu revois ton « ex » par la suite, veille à ne pas jouer avec ses sentiments.

Stop: se faire larguer

Ça fait mal! Même quand l’autre t’annonce son intention avec délicatesse, t’as le sentiment d’être jeté/e comme un vieux brol! Déception, sentiment d’abandon, colère, larmes, impression d’être nul/le, envie de rien…, une foule de sensations peuvent débarquer instantanément.

Pleurer un bon coup, parler avec ses proches, écrire ses états d’âme, se faire chouchouter, se changer les idées… sont autant de « remèdes » pour t’aider à surmonter un chagrin d’amour.

Combien de temps ça va durer? Ça dépend de nombreux facteurs: ton tempérament, l’intensité et la durée de la relation qui se termine, …

Un bon conseil: ne perds pas ton temps à te refaire mille fois le film de votre histoire, à la recherche de tes erreurs supposées. Tu peux te remettre en question, mais de là à faire ton bulletin d’amoureux/se, non!

Si ton chagrin persiste et que tu ne vois pas d’évolution, consulter un médecin peut t’aider à sortir de ta tristesse (voir « Se sentir bien dans sa tête. Blues, déprime et dépression »).

Stop: redémarrer

La vie continue. Ta personnalité n’a pas changé: tes qualités (et tes défauts ) sont toujours là. L’expérience passée, même si elle t’a fait souffrir, t’a aussi fait murir*! Tu es plus riche et plus fort/e qu’avant. Alors, fonce!