Ce site internet porte le label AnySurfer, une marque de qualité belge pour les sites accessibles. Vous trouverez plus d'information sur www.anysurfer.be.

jeune homme réfléchissant

Ma « crise »

 

Ceci n’est pas une crise d’adolescence!


Réjouis-toi: l’adolescence n’est PAS une crise! C’est un état de ta vie, comme l’enfance, l’âge adulte et la vieillesse. À chacun d’entre eux correspond un ensemble de traits typiques.

Ok, les « symptômes de l’adolescence » ne sont pas toujours drôles. Et, parmi eux, il en est un auquel personne n’échappe: les tensions avec les adultes (parents, profs, éducs…). Ils ne te comprennent pas, te considèrent encore comme un/e gamin/e, ne t’autorisent pas à sortir. Bref, t’as la haine, la gêne, la honte!

Mais serait-il possible que tes parents soient eux aussi « en crise »? Eux qui voient leur « petit bout’chou » soudain revendiquer plus d’autonomie et de liberté? Eux qui se rendent compte que désormais, ils ne sont plus tout-puissants. Avec l’âge, ils commencent à découvrir leurs limites, quand toutes sortes de possibilités s’offrent à toi. Bref, tes parents ne SE reconnaissent plus et ils ne TE reconnaissent plus.

Entre ces êtres en pleine révolution, un compromis s’impose: les adultes ont une expérience de la vie que tu n’as pas encore. Malgré leur allure de vieux ringards à la masse, s’ils réagissent face à tes excès, c’est aussi pour te protéger et te montrer qu’ils t’aiment. Enfin, c’est une manière pour toi d’apprendre à respecter la « loi », à laquelle tu ne pourras pas échapper, une fois adulte à ton tour. (Voir « L’autorité parentale, la loi et moi ».)


J’suis ado et je vais bien: normal, docteur?

Sois cool! La grande majorité des ados se porte plutôt bien! Tes petites sautes d’humeur, tes gros chagrins et tes coups de gueule n’indiquent pas que tu sois un gars ou une nana à problèmes. Ça fait partie de ta construction identitaire. Celle-ci se fait progressivement, avec ses hauts et ses bas. Et si ça foire, essaye de voir le positif: on apprend beaucoup de ses erreurs.

 

Si ce n’est pas une crise, c’est quoi alors?

Tu veux absolument regarder ton film jusqu’au bout. Il est strictement interdit d’entrer dans ta chambre. Seuls tes potes ont le droit de connaitre les moindres recoins de ton âme (et encore…). Tu as envie de changer le monde et de t’ouvrir à de nouveaux horizons… Pas moyen de louper ta transformation! Mais comment est-ce arrivé? On n’avait pourtant rien vu venir.

Parallèlement à ton corps, ton cerveau se développe. Il entraine avec lui de nouvelles perturbations: des pensées bizarres, des idées choquantes, une hypersensibilité, de nouveaux centres d’intérêt… En d’autres mots, tu deviens quelqu’un d’autre. Tu ressens des émotions toujours plus nombreuses et plus fortes: joie, colère, honte, fierté, désespoir, enthousiasme, peur… se succèdent sans transition. Tu es indifférent/e et, l’instant d’après, tu te révoltes. Et, au fond, tu ne sais même pas pourquoi! Toute cette énergie bouillonne sans que tu saches quoi en faire!

Petit à petit, tu construis ta personnalité. Comment? En fonction de tes parents et de ce que tu as vécu dans ton enfance bien sûr, mais aussi − et de plus en plus − en fonction d’autres personnes: un ami, un acteur ou une actrice, un chanteur ou une chanteuse, un personnage… Tes expériences personnelles (plus ou moins heureuses), tes rencontres vont également déterminer qui tu deviens.

Pour cela, tu réclames plus d’autonomie et de liberté. À toi de jouer… sauf que tes parents ne vont pas te lâcher la grappe si facilement (et ils n’auront pas tort)!

Cette indépendance tant réclamée auprès de tes « vieux » n’est pas gratuite: tu dois prendre tes responsabilités et assumer les conséquences de tes actes! Grisant tout ça, non? Mais un peu effrayant aussi. C’est le prix à payer pour ton voyage vers l’âge adulte et ta future liberté. Ainsi, tu acquiers une véritable identité, conformément à ce que TOI, tu désires.