Ce site internet porte le label AnySurfer, une marque de qualité belge pour les sites accessibles. Vous trouverez plus d'information sur www.anysurfer.be.

garçon utilisant un sèche-cheveux garçon mangeant un hamburger jeunes filles jouant au basket garçon à vélo

Cap sur le dico

« Qu'est-ce que tu manges le matin? » « Je ne mange rien... à part des couques au chocolat. » (Nouria)

Péter la forme… pas que des mots!

 

À ta santé!

Être bien dans son corps… facile à dire! D’autant plus qu’il n’arrête pas d’évoluer, qu’il « pousse » dans tous les sens et pas forcément en harmonie (voir « Un nouveau corps », p…). Et pourtant, raison de plus pour être à l’écoute de ta santé et la surveiller.

Quelques règles élémentaires

Inutile de rappeler que te laver quotidiennement t’évitera d’arriver à l’école auréolé/e d’un nuage de mouches! Plus sérieusement, une bonne hygiène réduira les conséquences (pour toi et ton entourage) en matière d’acné, de transpiration et autres « joies » de la puberté! Lave-toi les cheveux au moins deux fois par semaine. Pour les dents, idéalement, c’est trois fois par jour, même si, en réalité, personne ne trimballe sa brosse à dents à l’école! Et pour les filles, attention à la tentation du « pot de peinture »: pour ne pas asphyxier la peau, un maquillage léger reste à privilégier.

Coucou, Docteur!

En cas de problème ou simplement si tu as des questions, n’hésite pas à rencontrer un médecin généraliste. Que ce soit pour un bilan de santé, un vaccin, des douleurs (fréquentes à l’adolescence), il saura te rassurer, t’indiquer les soins adaptés et, le cas échéant, te renvoyer vers un spécialiste. Il est tenu au secret médical, ce qui veut dire qu’il ne peut dévoiler le pourquoi de ta visite, les résultats des analyses… Cependant, en cas d’hospitalisation, il doit impérativement prévenir tes parents, en vertu du « devoir d’assistance ».

Où le trouver? Dans le carnet d’adresses de tes parents, dans une maison médicale, dans l’annuaire téléphonique… Et si tu souhaites consulter à propos de ta vie sexuelle et/ou affective, un planning familial est particulièrement indiqué et facile d’accès (voir « Sexualité. Pour en savoir plus: sites web et organismes », p…).

Accès réservé aux filles uniquement

Toujours au rayon « visite annuelle », les filles ont le privilège d’avoir un médecin rien que pour elles: le gynécologue. Comment se passe une visite gynéco? Même si tu n’as pas encore eu de rapports sexuels, tu peux le consulter pour demander conseil ou poser des questions.

Dans le cas où tu aurais déjà eu des relations sexuelles, le médecin procède à un examen gynécologique: il examine l’intérieur du vagin et le col de l’utérus, l’utérus et les ovaires. Il palpe les seins et le ventre afin de détecter les éventuelles grosseurs (kystes, tumeurs…) et zones douloureuses. Même si tu ne te sens pas à l’aise, du moins au début, rassure-toi: UN TEL EXAMEN NE FAIT PAS MAL.

Les joies de la piqure

Déjà tout/e petit/e, tu n’as probablement pas échappé à la terrible épreuve des vaccins. Et bien, réjouis-toi: certains sont à réactiver à 12 et 16 ans. Allez! On remet ça! Rougeole, oreillons, rubéole (indispensable pour ces dames, car en cas de grossesse, cette maladie peut provoquer de graves malformations du fœtus), hépatite B (responsable des maladies du foie), diphtérie, tétanos et coqueluche doivent figurer sur ta carte de parfait/e vacciné/e. En plus, les filles ont la possibilité de se faire vacciner contre le papillomavirus humain, responsable du cancer du col de l’utérus.

Et tes sous dans tout ça?

Les soins de santé sont partiellement remboursés (souvent ¾ de la somme) auprès de tes parents, si ceux-ci sont affiliés à une mutuelle ou à la C.A.A.M.I. (Caisse Auxiliaire d’Assurance Maladie Invalidité). Il suffit de recevoir une attestation du médecin et de la transmettre à l’organisme assureur. Ça vaut aussi pour les consultations en hôpital, les visites chez ce cher dentiste…

Quelques bons tuyaux pour t’épargner des dépenses:

  • en planning familial, tu ne paies que le « tiers payant applicable », autrement dit une petite part de la somme à payer pour une consultation normale;
  • dans certaines maisons médicales, il existe un système de paiement forfaitaire: le patient signe un contrat avec une maison médicale; par là, il s’engage à consulter le/s médecin/s, infirmier/s, kiné/s de cette maison. Il ne paie donc ni les consultations, ni les visites, mais doit être inscrit dans une mutuelle et payer ses cotisations. S’il consulte dans une autre maison médicale, la mutuelle ne lui remboursera pas la consultation;
  • à la pharmacie, privilégie les médicaments génériques: ils ont la même composition et donc la même efficacité que les originaux, mais sont environ 30% moins chers! Pas mal, non? N’hésite pas à en parler à ton médecin ou au pharmacien.

Bien dans ton assiette

Il t’arrive de te vautrer, à toute heure, sur des frites, hamburgers, pizzas, chips, yaourts à boire et autres barres chocolatées? Tu as tout le temps faim? Normal! En pleine croissance, tu as besoin de plus d’énergie, donc de plus de nourriture! Cependant, ce n’est pas une raison pour en négliger la qualité. Ta bonne forme commence aussi dans ton assiette! Pourquoi?

Parce que ça te permet de contrôler ton poids, de consolider tes os et de nourrir ton cerveau (qui consomme quelque 20% de ton énergie). Et comme ton organisme ne peut produire lui-même l’énergie, il va la puiser dans tes aliments afin de te faire « fonctionner » et de te maintenir en vie.

Les grands principes d’une alimentation équilibrée:

  • prendre au moins trois repas par jour:
  • un solide petit déj’, ta réserve d’énergie pour la journée. Dans le cas où tu n’aurais pas très faim, essaie quand même de manger un peu, histoire d’éviter la syncope dans la cour de récré. Ou bien, bois un grand verre d’eau au lever; il parait* que ça réveille l’estomac;
  • un diner complet et varié: viande ou poisson, fruits et légumes, fromage… Fais l’impasse sur les sandwiches et autres crasses, trop riches en graisses;
  • un souper plus léger, qui viendra rééquilibrer les manques du diner;
  • le gouter peut se révéler bénéfique, à condition de t’en tenir à un yaourt, des fruits, de l’eau, du pain avec du fromage…
  • éviter les grignotages en tous genres entre les repas;
  • boire beaucoup d’eau.

Cette pyramide alimentaire t’aidera à y voir un peu plus clair:

Pyramide alimentaire

Version textuelle de l’image :  (ce qu’il faut manger en plus grande quantité) les féculents, juste au-dessus les fruits et légumes, ensuite les produits laitiers, les oeufs, la viandes et le poisson. Enfin, à son sommet (ce qu’il faut manger en plus petites quantités), les chips, chocolats, sucreries et les graisses.

Et n’oublie pas que manger doit avant tout rester un plaisir! Alors, surtout, ne te le refuse pas!

Régimes: attention danger

Tes courbes récemment apparues lors de la puberté, tu ne peux plus les supporter? T’es « pas mal », mais quand même, tu te sentirais mieux avec deux kilos en moins? Alors, tu décides de te priver, de « faire attention », sans vraiment savoir à quels dangers tu t’exposes. En faisant régime, tu risques de perdre bien davantage: l’équilibre de ton alimentation, ton peps, ta bonne humeur, ta confiance en toi (surtout si tu reprends du poids en même temps qu’une alimentation normale)…

Alors, avant de t’affamer, réfléchis bien à la position à adopter:

  • tu as hérité d’un certain patrimoine génétique. Si tous les membres de ta famille ont une corpulence normale, inutile d’essayer de ressembler à fil de fer. Le mieux ne serait-il pas d’apprendre à t’aimer tel/le que tu es vraiment?
  • si, malgré tout l’amour que tu te portes, tu souhaites quand même perdre un peu de poids, fais l’impasse sur les grignotages et remplace les bonbons et pâtisseries par des apports en sucre nettement plus qualitatifs comme les fruits, le miel ou le sucre roux.
  • si tu as beaucoup de poids à perdre, demande un avis médical afin d’adopter un régime adéquat et respectueux de ta santé.
  • le sport est encore la meilleure méthode pour garder la ligne (et non pas pour maigrir!). À tes baskets donc!

L’obésité, nouveau mal du siècle?

Dans notre société, on constate un accroissement inquiétant des cas d’obésités, notamment chez les jeunes. Que ce soit à cause du patrimoine génétique familial, du stress, de la malbouffe ou d’une trop grande sédentarité, l’obésité doit être traitée médicalement. En effet, la personne atteinte s’expose à davantage de risques, parfois fatals: maladies cardiovasculaires (du cœur et des artères), diabète, cancers, affections des os et des articulations… Sans oublier les conséquences néfastes sur le plan mental: perte d’estime de soi, dépression… D’où l’importance d’une réelle prise en charge pour se sentir mieux dans son corps et dans sa tête!

Move your body!

Ton prof de gym te le répète entre chaque pompage: le sport, c’est pour ton bien! Ça maintient en forme (moyennant échauffement avant et étirements après), c’est bon pour contrôler le poids et modeler la silhouette. Mais encore…

Stimulante et antidépresseur naturel, l’activité physique te permet de t’oxygéner le cerveau et de revoir tes tensions à la baisse. En cas de coup dur, un petit footing et ça repart. Ou du moins, ça aide! Tu en ressors grandi/e en force, en souplesse et en endurance.

Le sport te permet aussi de rattraper ce nouveau corps qui, jusqu’alors, te dépassait complètement. Tu te connais mieux, tu sais où se situent tes limites et tu parviens même à les repousser (mais pas trop quand même, attention aux excès et aux blessures). Et puis le sport, ça fait aussi « public relation »: tu rencontres d’autres personnes, tu te mesures à elles, ce qui peut être tout bénef’ pour ton estime perso. Alors, qu’est-ce que tu fous encore dans ton fauteuil?

Après l’effort, le réconfort

Après une journée crevante partagée entre l’école et tes autres activités, rien de tel pour le bon fonctionnement de ton organisme qu’un repos bien mérité! En effet, bien dormir et rêver tout plein te permettent de te ressourcer tant sur le plan physique que mental et ainsi rester en forme et concentré/e. Pourtant, tout le monde ne récupère pas de la même manière. En règle générale, on recommande 8 heures de sommeil. Cependant, certains seront d’aplomb après seulement 6-7 heures, quand d’autres en auront besoin de 9, voire 10, sans quoi ils auraient l’énergie d’une moule!

Tu n’arrives pas à dormir? Ou bien tu dors trop? Les cas d’insomnie (ne pas réussir à s’endormir) et d’hypersomnie (trop dormir) sont fréquents à l’adolescence. En cause? Les soirées trop longues passées devant la télé ou l’ordi, le refus de dormir (juste par esprit de contradiction), l’angoisse du lendemain, ces nouveaux fantasmes qui t’envahissent. Pour ne pas aller trop loin et risquer ainsi de déglinguer ton horloge interne, voici quelques astuces:

  • éviter les boissons excitantes après le souper, les « rituels d’endormissement » comme l’ultime clope ou le dernier morceau de musique qui te tiennent surtout éveillé/e, les somnifères qui feront de toi un/e accro des pilules.
  • privilégier la détente, les techniques de yoga et, pourquoi pas, une bonne tisane dans un bain chaud.