Ce site internet porte le label AnySurfer, une marque de qualité belge pour les sites accessibles. Vous trouverez plus d'information sur www.anysurfer.be.

Les boutons d'acné Les boutons d'acné Les poils Brosse à dent

Qui je deviens? Qui c’est dans mon miroir?

 

L’heure a sonné pour toi de voir se pointer Dame Puberté… avec son lot de bouleversements. Et c’est parti pour une métamorphose spectaculaire: boutons, poils, cheveux gras… Rien ne t’est épargné sur le périlleux parcours de l’adolescence. Ces changements te perturbent? Normal! Comment se reconnaitre quand on a l’impression de voir une autre personne que soi devant le miroir? Et pourtant, c’est bien toi… avec dix, quinze, vingt centimètres de plus, du poil au menton ou les seins qui pointent. La faute à qui?


La faute aux hormones sexuelles! Eh oui, jusqu’alors inactifs, ces petits « messagers chimiques » se réveillent: ils envoient des infos au cerveau qui commande à son tour différentes fonctions de l’organisme. C’est pour ça que ton corps se met à changer, principalement pour affirmer sa sexualité. Quand? Les filles sont concernées plus tôt que les garçons: vers 10-12 ans, elles voient apparaitre les premières modifications, tandis que les garçons doivent attendre 12 à 14 ans. Le voyage va durer environ cinq ans.

Ton physique n’est pas le seul touché par l’action des hormones. Ton esprit évolue également: nouveaux centres d’intérêt, envie de liberté, sensations jusque-là inconnues… (voir « Se sentir bien dans sa tête ») Tu as envie de séduire, le regard des autres devient super important pour toi. C’est aussi le moment des premiers émois: tu tombes amoureux/se, tu explores certaines parties intimes de ton corps et tu découvres la masturbation (voir « Love, love, love. Le plaisir en solitaire ») Ce n’est pas dégoutant, sale, répugnant ou maladif! C’est… na-tu-rel.


Des kilos et des centimètres

Vingt centimètres! C’est à peu près ce que tu devrais prendre au cours de ta puberté! Enfin, tout dépend des personnes. Certains resteront petits, d’autres resteront petits… longtemps, mais prendront quinze centimètres en un an! Peu importe, à chacun son rythme et à chaque taille son charme. En règle générale, vers 18-20 ans, tu seras fixé sur ta taille définitive.

Et les kilos? Tu en prends aussi, proportionnellement aux centimètres gagnés.


Je bourgeonne! Stop à l’acné!

Halte aux préjugés: l’acné n’est pas une maladie, pas plus qu’elle n’est due à une alimentation trop grasse, ni à une activité sexuelle trop intense, ni à un manque d’hygiène. Voilà, c’est dit.

Si t’as l’impression de ressembler à ton clavier d’ordinateur − 8 jeunes sur 10 sont concernés −, c’est parce que des glandes sébacées, sous la peau du visage, du dos et de la poitrine, produisent une substance grasse appelée « sébum ». Celle-ci s’accumule en certains endroits (le nez et le front surtout) jusqu’à former les points noirs. Ce sont eux qui, en s’enflammant, vont donner les boutons… que tu t’empresseras de percer et de presser. À tort, car ils risquent de s’infecter.

Tu veux déclarer la guerre à tes boutons? Tu veux les faire souffrir autant qu’ils te font souffrir? Un peu de stratégie s’impose: NE FAIS RIEN! Ou plutôt, rien qui puisse endommager ta peau:

  • ne chipote pas;
  • lave-toi matin et soir avec un savon doux (au pH neutre);
  • utilise une serviette propre;
  • évite le soleil, ainsi que les chocolateries et autres gourmandises;
  • les filles supprimeront en plus les crèmes grasses et autres produits cosmétiques trop couvrants qui empêchent la peau de respirer.

En cas d’acné sévère, tu peux consulter un dermatologue. En tant que médecin spécialiste de la peau, il pourra te conseiller un traitement approprié. Dans tous les cas, un maitre-mot: PATIENCE.

 

Grasse tignasse en état de trans

En plus des boutons, tu dois encore composer avec d’autres petits désagréments. Les fameuses glandes sébacées, déjà responsables de l’acné, agissent aussi au niveau du cuir chevelu. Résultat: au bout de deux, trois jours, ta belle crinière façon « l’Oréal parce que je le vaux bien » s’est transformée en une tignasse immonde et poisseuse. Un remède efficace? Comme pour l’acné, pas de précipitation. Un shampooing deux fois par semaine à l’eau tiède, avec un rinçage à l’eau froide pour les plus courageux, un séchage à l’air libre (sans sèche-cheveu) devraient faire l’affaire.

Histoire de compliquer un peu plus tes plans drague, les glandes sudoripares se joignent à la fête de la puberté et te mettent en trans(piration). On n’est pas tous égaux devant la sueur; certains transpirent plus ou plus vite que d’autres. Pour éviter de rentrer dans le cercle pas très glam’ des nauséabonds, un déo et/ou un antitranspirant ne résolvent pas tout! Alors, laisse tes vêtements synthétiques au vestiaire et investis plutôt dans une hygiène corporelle irréprochable.

 

Les poils, ça me hérisse!

Les hormones sexuelles, toujours elles, se mettent en quatre pour te donner chaud en hiver. Et c’est ainsi qu’apparaissent tes premiers poils. Sur les jambes, sous les bras, sur tes parties intimes… et en abondance variable.

Les garçons verront leur lèvre supérieure se couvrir d’un fin duvet, suivi quelques années plus tard d’une barbe naissante (vers 16 ans). Il est temps pour toi de sacrifier au rituel matinal du rasage. Rasoir jetable ou électrique? Gel ou mousse? À toi de voir, selon tes gouts. Demande éventuellement des conseils auprès de tes pairs et de ton père.

Pour les filles se pose inévitablement la question de l’épilation. Soit tu assumes − et c’est tout à ton honneur −, soit tu te dis « Vraiment, j’peux pas ». Dans ce cas, plusieurs solutions s’offrent à toi et chacune possède ses avantages et ses inconvénients. Ultra rapides, le rasage ou la crème dépilatoire restent une solution d’urgence. Tout aussi rapide est la repousse du poil, dru et plus foncé. Brrr! Moins douillette? L’épilation électrique ou celle à la cire, bien que plus douloureuses, te laissent un répit de deux à trois semaines. Ces deux dernières méthodes sont conseillées en cas de pilosité abondante.

 

Haleine: à l’aide!

La mauvaise haleine: l’ultime fléau du monde ado. À nouveau, tout le monde n’est pas concerné, mais ça peut arriver.

Qu’est-ce qui provoque donc cette odeur fétide qui semble remonter tout droit du fond de tes entrailles? Les causes sont multiples: une mauvaise hygiène buccale, le tabac, certains aliments, la digestion difficile, les sinusites et autres rhinopharyngites…


Et comme à chaque problème, il y a une solution, les voici: se brosser fréquemment les dents et faire des bains de bouche si nécessaire (mais sans abus), arrêter de fumer, éviter l’ail, l’ognon ou encore le café, soigner la digestion difficile, appliquer des traitements locaux pour les rhumes et autres refroidissements… Quant à la solution d’urgence du type « J’ai rendez-vous avec THE super mec/nana de l’école juste après avoir englouti un méga sandwich au salami », il reste toujours les bonbons à la menthe!